Accueil du site 3. SORTIES
 

Verticalidad Y Mallos

sortie GAG en Aragon du 20 au 23 octobre 2018
Article publié le dimanche 28 octobre 2018.


Sous l’impulsion de notre président, un séjour Aragonais au pays des Mallos, ces parois de conglomérat bien verticales si particulières maintenant équipées correctement et donc accessibles aux grimpeurs "normaux". La lecture de ce récit en forme d’épopée devrait vous convaincre que derrière la lecture du topo se cachent parfois quelques pièges pour les estrangers non aguerris de notre espèce.

Le titre alléchant de Manu dans son programme d’automne nous promet de la verticalité et nous partons pour 3 jours à la découverte de 3 sites : Vadiello, Aguerro et Riglos non loin de Huesca.

Pas de temps à perdre, après un bivouac camping hors parc non loin du site de Vadiello, nous attaquons par un parcours apparemment peu fréquenté à la Mitra . 5 min d’approche un socle de 3 longueurs et 9 longueurs plus verticales pour la Mitra. De suite les hostilités sont déclarées, 6a+ rocher médiocre rien pour nous rassurer, une fois avalé le socle plus débonnaire. La suite s’avère un peu plus calme mais des fissures sandwich où le sac coince obligeant les hommes de tête à le faire hisser par les seconds, tout cela en 6a, ne nous permettent pas de prétendre à un horaire canon. De plus le topo nous indiquait pudiquement quelques passage d’A° mais dans la 10eme, Samuel en tête dans la cordée de 3, le trouva fort long et ardu, il aurait été plus juste de noter ces 10m en A°+ tant la vertigualitad fit sentir son effet pesanteur. Pour un baptême ce fut un vrai combat avec pédale feutrée, crochet fifi bloquage sur la corde... Bref, le départ un peu tardif à 10h30 était loin et ce n’est qu’a 18 H que nous nous regroupons tous sur le sommet de cette belle aiguille. La descente comporte 2 rappels dans la voie normale. Ayant prévu un seule corde de 2X50m il etait donc vital de ne pas coincer au premier. Et pourtant c’est bien ce qui se passa tirage à 2 puis 3 puis 5 rien n’y fit . En dernier recours nous attachâmes ( passé simple et définitif) la joker de 50 et partîmes au bout du ressaut pour réduire l’angle et enfin à tous, la corde vint lentement nous rejoindre. Le second rappel effectué sans encombre la nuit était là pour la descente dans la forêt de chênes verts. En suivant le traçé des pluies récentes nous aurions dûs arriver au lac mais dans le bas c’était du vrai cannyonning avec vasques, étroits , ressauts etc. Après une tentative d’eau à mi-cuisse , nous remontâmes(re passé definitif !) avec 2 frontales pour 5, un col dans le noir de plus en plus noir parmi chênes et genevriers, courts passages rocheux, j’arrête la liste pour ne pas exagérer, mais j’avoue que le moral baissait à ce moment et que le bivouac pointait le bout de son nez. Enfin au col la perspective d’une descente plus commode semblait jouable. Cette coulée verte s’avérait finalement la bonne issue et à 21h nous arrivions au chemin horizontal au dessus du lac puis au parking. 3 heures pour une descente de 40 minutes sur le topo, pas fringuants certes, mais soulagés de ne pas passer la nuit dans le maquis. Un rapide casse croûte sur le parking, 3/4h de route pour rejoindre Aguerro et à minuit après la douche et les tentes installées, le duvet enfin.

Jour 2 tout aussi radieux. Au programme la voie normale de Pena Sola, belle aiguille qui domine le village. La voie commence par un passage d’A1. Forts de l’expérience de la veille nous avons prévus les étriers, les crochets et le moral. De fait le parcours de cette voie, une fois avalé ce passage surplombant et un mur en 6a+, devient plus classique en excellent rocher, bon équipement et de plus en plus facile sur le haut. 3 grands rappels dans la voie Desigual et nous en avons terminé pour Pena Sola. Nous pouvons aller reconnaitre les voies de Riglos pour choisir notre objectif du lendemain. Après discussion et examen des possibilités d’horaire car nous voulons enchainer par le retour dans la soirée, notre choix se porte sur Moskitos une voie à la Visera, à droite de la partie surplombante des voies mythiques du secteur.

jour 3 lever à 6h30, rangement départ à 8h pour Riglos, nous sommes les premiers au pied de la voie. Beaux diedres et fissures dans un rocher un peu patiné mais bien nettoyé et sûr. Au troisième relai une cordée Palois nous croise venant de Zulu demente qui coupe à cet endroit. Nous pourrons leur faire quelques photos de leur partie suivante qui devient de plus en plus surplombante pour terminer au sommet de la casquette. Nous, nous traversons dans des zones fissurées pour atteindre le trône pour revenir ensuite dans un passage raide et bien difficile de 6b. Grâce à nos brillants premiers de cordée ça passe et on peut terminer dans les temps cette belle voie historique des Mallos. Avec François nous l’avions parcourue il y a 23 ans mais nous n’avions pas conservé trace de ce passage marquant de 6b peut être ne l’avions nous pas fait car il existe une échappatoire sur la droite ou alors nous étions meilleurs, choisissons ce qui nous va le mieux.

Le retour ne fut Qu’une formalité par le chemin magnifique qui fait le tour du cirque des Mallos et après la cerveza traditionnelle au refugio, direction Francia par le tunnel de Bielsa. Fin d’un mini stage riche de souvenirs et pour les garder un peu plus longtemps en mémoire quelques photos dans cet album : album vertigualitad


Répondre à cet article

Forum de l'article